Les Ours de Glandasse

Les Ours multiplient les séjours en 2017

Déjà 6 séjours plus le traditionnel camp d’été

A pied, à vélo, (un peu) en voiture aussi, mais pas à cheval, les Ours ont mis la gomme pour visiter le Valgaudemar, les Écrins, le Dévoluy (randonneurs) ainsi que la Camargue, le Trièves et la Dordogne (cyclistes). Sans oublier début juillet le camp d’été des Ours de Glandasse, établi cette année à la Seyne-les-Alpes, et qui englobait les principales activités des membres de l’association, hormis bien sûr celles qui se limitent à la période hivernale et exigent un minimum de neige.
2017 n’est pas encore finie, alors qui sait si un autre séjour ne viendra pas compléter cette déjà très belle série ?

Les randonneurs

Ils ont cumulé 4 jours de randonnée en juin, 7 jours en août (ou plutôt 6, le septième se rapprochant plutôt de la promenade/visite pour cause de mauvais temps), et 4 encore fin août – début septembre. Si le mois de juin a offert les plus belles journées, nos randonneurs ont su tirer partie de la moindre éclaircie pour réaliser chaque fois un très beau programme sportif agrémenté de vues superbes et de rencontres avec la faune (chamois, mouflons…).

Cyclistes et vététistes

De leur côté les cyclistes, plutôt nombreux (ils étaient 23 participants dont 21 cyclistes parmi lesquels 3 vététistes en Camargue, par exemple), ont effectué un total de 12 sorties, 790 km, pour un dénivelé cumulé d’environ 9050 m, et ce sur leurs trois séjours.
Ajoutez à cela les visites, les repas, les découvertes, l’ambiance amicale et joyeuse, et vous aurez de très beaux souvenirs.

Camp d’été 2017

Il faisait chaud, très chaud en ce début juillet et le site de la Seyne-les-Alpes offrait un peu de fraîcheur et encore plus si on prenait de l’altitude dans des secteurs garnis de cours d’eau ou de lacs. Cyclistes, vététistes et randonneurs pouvaient vaquer librement à leurs activités favorites ou même se reposer, et chacun le soir de se retrouver pour échanger et préparer la journée suivante. Sans oublier le tourisme dans cette très très belle région, réserve géologique de Haute-Provence, avec ses cluses et autres sujets d’émerveillement.

Un diaporama pour illustrer ces séjours ? Le voici !

 

La balance est difficile à ajuster entre des randonneurs armés de nombreux appareils photo, produisant à chaque sortie des dizaines de clichés, et des cyclistes plus préoccupés d’alléger leur monture plutôt que de s’encombrer d’un reflex grand format avec son pied, ses objectifs et la sacoche de protection… sans compter la difficulté qu’il y a à se retourner sur sa selle en pleine côte, lâcher le guidon tout en gardant l’équilibre, et réussir à tirer le portrait des amis en plein effort derrière… Non, ça, c’est la chute assurée, à moins d’avoir de la chance… Aussi le cycliste attend-il plutôt d’être arrêté à un croisement ou grâce à un passage à niveau fermé pour tenter une photo.

Conclusion : les cyclistes photographes ont bien de l’abnégation. Néanmoins, il arrive que quelques images nous parviennent, et nous espérons qu’elles seront encore plus nombreuses pour les prochaines sorties vélo.

Merci en tout cas à nos fervents participants et vive les Ours de Glandasse.