Jalons : extraits de “Die, histoire d’une cité”

Jan 20, 2018 // By:Philippe // No Comment

On y parle des Ours de Glandasse

Les extraits de texte qui suivent, tirés d’un ouvrage paru en 1999, donnent une idée du lien qui attache les Ours de Glandasse à leur ville, au Diois et à leur histoire. Cependant l’association a évolué depuis. Aujourd’hui, au XXIème siècle, alors qu’ils viennent de fêter, le 8 octobre 2017, leurs 90 ans d’existence, les activités des ODG ne sont plus tout à fait les mêmes : alpinisme en sommeil, pratiques du ski de randonnée et des raquettes à neige majoritaires par rapport au ski alpin, mais surtout vélo, vtt et randonnées pédestres… l’histoire, par définition, reste toujours à suivre…

Ce qui suit est copié de « Die, Histoire d’une cité », ouvrage collectif de Séverine Beaumier, Pierre Bolle, Jean-Claude Daumas, Henri Desaye, René Favier, Marie-Pierre Lallement, André Lelièvre [Patrimoine de la Vallée de la Drôme, Musée de Die, 1999].
[Et plus précisément : chapitre Un siècle de sport, par Jean-Claude Daumas].
Autorisation de reproduction gracieusement donnée par M. Jean-Claude Daumas, que nous remercions ici.

Les Ours de Glandasse

Société des montagnards du Diois, créée le 26 septembre 1927 à l’initiative d’Henri Audra, elle avait pour but de favoriser la pratique du ski et de l’alpinisme. Le Journal de Die publiait régulièrement les hauteurs de neige du plateau de Beurre où se pratiquait le ski sur de longues lattes en frêne qui glissaient souvent mal, malgré le fartage. A partir de 1932, un car Bouffier grimpait chaque dimanche au col de Rousset ; sinon les skieurs diois n’avaient d’autre solution que le vélo ou la marche… Enfin c’est en 1936 que fut terminée la célèbre « cabane des Ours », un vrai refuge qui ne pouvait que favoriser le succès du concours de ski annuel que les ODG organisèrent à partir de 1935 sur le plateau de Beurre.

Les ODG : des activités multiples

Dans les dernières années d’avant-guerre, le dimanche, le car Bouffier emmène au col son lot de skieurs et, jusqu’en 1942, les concours de ski sur Beurre continuent. Incendiée en avril 1944 par des miliciens, la cabane des Ours est reconstruite en 1947-1948 et les compétitions reprennent de plus belle à partir d’une véritable station qui se développe peu à peu au col de Rousset : premier remonte-pente en 1953, 2ème en 1961 et un télésiège en 1964. Depuis 1953 fonctionne une section de spéléologie où s’active Jany Chirossel et les alpinistes du club s’attaquent à de grands sommets comme le Dru et le Grépon en 1953. En sens inverse des grands de l’alpinisme viennent ouvrir des voies dans les parois de Glandasse et d’Archiane : Livanos, Desmaison, Leprince-Ringuet et d’autres. Quant aux grimpeurs diois (Jacques Chirossel, Marcel Bégou, Pierre Buis, Jean-Paul Gauthier, Jean-Pierre Dupuy), ils suivent l’exemple.

L’activité des ODG reste partagée entre alpinisme* et randonnées

Les « derniers problèmes » de Glandasse et d’Archiane ont été résolus par, entre autres, Livanos ou Flémati ; le Diois Jean-Pierre Dupuy a ouvert encore une nouvelle voie, « Rêve d’Ours », dans les falaises de Glandasse en 1984, avec Yannick Seigneur. Des randonnées de difficultés variables (Diois, Vercors, Dévoluy, mais aussi Écrins, Mont-Blanc… avec camp estival) sont proposées tout au long de l’année à la centaine d’adhérents.

* Ouvrage datant de 1999, rappelons-le. L’alpinisme n’est plus pratiqué à l’heure actuelle (2018), mais la randonnée pédestre ou à raquettes, le ski de randonnée et le vélo connaissent un grand succès.

 

About Philippe

Browse Archived Articles by Philippe

Related

Sorry. There are no related articles at this time.