13 juin 2021 : de Borne au mont Barral

Juin 14, 2021 // By:Jean-Paul // No Comment

Neuf Ours-es partent de Meyrosse ce dimanche matin déjà chaud, nous en “piquons” deux autres un peu plus loin au passage pour s’arrêter à Borne.

De là, la mise en jambes, la plupart du temps en forêt, est bien agréable… ombre et fraîcheur à déguster en remontant le ruisseau de Puscle jusqu’aux Sucettes sur une desquelles des acrobates escaladent ce remarquable rocher, nous avons même peur pour eux, ils sont fous !

Les petites parcelles d’herbe suivantes ont déjà été broutées par les brebis qui doivent maintenant se trouver un peu plus haut ; en progressant en direction du refuge de la Tour nous entendons de légers bruits de clochettes qui nous font penser à une éventuelle rencontre avec des brebis et un Patou au milieu…

Au refuge, le berger est là, il nous rassure, nous pouvons passer en bordure du troupeau (des centaines de brebis) sans craindre son imposant gardien qui, finalement, ne manifeste aucun signe d’agressivité : un Patou sociable ?
ça vaut la peine de le noter !

 

 

Une deuxième montée nous attend, heureusement en bonne partie sous les pins, et ouf ! nous débouchons sur le col de Jiboui pour découvrir cet immense pâturage coloré de jaune par les trolles et de blanc par les narcisses. Il y a tant de fleurs qu’il est difficile de poser les pieds sans causer des dégâts. La montée aux crêtes de Jiboui est douce, sauf le vent froid et assez violent qui nous fait vaciller jusqu’au sommet du Mont Barral à 1903 m, atteint en trois heures.

Nos estomacs commencent à se demander quand nous nous arrêterons pour nous occuper d’eux ! Pas de panique, nous descendons quelques mètres et prenons place à l’abri du vent sur cette immense pente herbeuse, nous avons le choix. De là, belles vues sur la montagne de Belle Motte, l’arrière du Dôme et la Montagnette.

La descente reprend en passant encore une fois à côté de ces étendues fleuries sans fin, puis à nouveau dans la forêt avec un peu d’ombre bienvenue jusqu’au refuge de la Tour pour remplir nos gourdes d’eau fraîche.

Admirons encore ces phénomènes géologiques des Sucettes en équilibre et dressées vers le ciel : jusqu’à quand vont-elles tenir dans cette position ?
Dernière partie le long du même ruisseau jusqu’aux voitures, mais avant de partir nous allons voir la belle cascade à cinq minutes de là, elle vaut le déplacement, fraîche et ombragée, d’une belle hauteur.

Encore une surprise ? un Ours sort une bouteille de bière gardée au frais à partager entre tous, ouverte difficilement sans décapsuleur. Et, ma foi, comme le veut la tradition, un dernier effort pour les randonneurs fatigués qui consiste à s’assoir autour de deux tables avec une boisson revigorante entre les mains.

Pour 1000 m de dénivelé, approximativement 5 h de marche, et à peu près 15,5 km.

Jean-Paul

About Jean-Paul

Browse Archived Articles by Jean-Paul

Related

Sorry. There are no related articles at this time.